11 avril 2013

Derrière l'affaire Cahuzac, une histoire de barbouzes ?

Alors que j’étais en train de déjeuner, je préparais un billet avec mon iPhone pour dire que je ne comprenais plus rien à la situation politique. Entre temps, un anonyme m’a fait suivre cette information ou plutôt cette nouvelle rumeur relayée par la Tribune de Genève (qui ne cache pas son compte en Suisse) qui m’amuse beaucoup :  « Les Services de renseignements français ont fait tomber Jérôme Cahuzac, selon L'Hebdo. L'ex-ministre du Budget prévoyait des coupes drastiques dans les finances de l'armée. »

J’avais évoqué dans ce billet la nécessité de couper une partie le budget de l’armée mais aussi ma frayeur devant ce que ça représentait. Selon la Tribune de Genève : « Concrètement, la taille aurait signifié la suppression de 31 régiments dans l'Armée de terre, la vente du porte-avion Charles-de-Gaulle, l'annulation de commandes d'hélicoptères Tigres et de deux sous-marins nucléaires Barracuda, l'arrêt de production des avions Rafale et des transporteurs Airbus A400M, ainsi que la suppression de quelque 51'000 postes. Des bases françaises à l'étranger auraient été fermées et les budgets des renseignements intérieurs et extérieurs revus à la baisse. » « Ces mesures auraient été jugées inacceptables de l'intérieur, affirme L'Hebdo. D'avantages d'économies dans le ministère de la Défense risquaient même aux yeux de certains de mettre en péril le statut de grande puissance internationale de la France et de rendre le pays indigne de siéger au Conseil de Sécurité de l'ONU. »

L’Hebdo prétend que l’armée à eu la peau de Jérôme Cahuzac pour éviter ces coupes budgétaires très importantes. « La précision des informations aux mains de la justice française sur le compte en Suisse de l'ex-ministre du Budget ont surpris les autorités genevoises, souligne encore L'Hebdo. Cette minutie porterait la marque de l'intervention des Services de renseignements français qui enquêtent depuis des années sur les fraudeurs du fisc. » « Un certain nombre d'informations seraient gardées au chaud, plutôt que de d'être livrées à la justice, afin de conserver une certaine influence sur les politiques en cas de besoin. Les enquêteurs l'ont reconnu dans un document collectif signé par des officiers de la Direction centrale du renseignement intérieur et remis le 16 février à un groupe de travail sur les exilés fiscaux. »

Bernard Cazeneuve est originaire de Cherbourg, où se trouve une importante base maritime et de production militaro-industrielle. Sa nomination en remplacement de Jérôme Cahuzac serait à comprendre comme un geste de bonne intention…

« Dans la foulée, le président a également repoussé le débat sur la loi de programmation militaire (LPM) à l'automne. Le temps de revoir sa copie ? »

Aurait-on enfin une piste pour comprendre toute cette affaire ?

Imaginons le scénario suivant… Jérôme Cahuzac a bien eu un compte en banque en Suisse à une époque, peut-être fermé, peut-être avec 600 000 € dessus, peut-être avec 15 millions comme le dit la rumeur, peu importe. Ou il n’en a pas eu, peu importe (mais il n’y a pas de fumée sans feu).

Les services de renseignement ont des informations. Lesquelles ? Je ne sais pas. Quand les coupes budgétaires se dessinent, les états-majors commencent à organiser la pression… Jusqu’à transmettre des informations à la justice pour faire plier François Hollande qui a effectivement « lourdé » Cahu dès l’ouverture d’une procédure.

Si cette rumeur n’en est pas une, toutes les autres ne sont que des idioties et on en revient à la version de départ.

Reprenons…

Soit Cahu n’a jamais eu de compte en Suisse, dans ce cas, il n’aurait pas menti à ses « collègues » et à l’Assemblée. Son aveu est un faux aveu pour relâcher la pression. Un sacrifice. Il serait réhabilité par la justice. Je comprends mieux son insistance à revenir à l’Assemblée. Toutes les premières informations transmises par Médiapart ressemblent d’ailleurs beaucoup à une histoire de barbouzes.

Soit Cahu a eu un compte en Suisse qui serait inactif, ce que je voyais comme pire scénario quand Médiapart a sorti ses premiers machins, il a fait une faute qu’il a jugé mineure (qui ne l’est pourtant pas mais je ne suis pas juge) : la non déclaration d’un compte en Suisse. Ensuite, il aurait accumulé les boulettes…

Soit Cahu a eu un compte en Suisse actif, auquel cas ça ne change pas grand-chose sauf que ça faute serait moralement indiscutablement plus grave.

Mais dans les trois scénarios ci-dessus, on n’a aucune raison de penser que François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls ou Pierre Moscovici étaient au courant de l’existence d’un compte en Suisse avant l’aveu.

Il y a évidemment une autre hypothèse, que les informations de l’Hebdo soient fausses… On peut aussi imaginer des versions intermédiaires.

Les rumeurs à Bercy ? "Tout le monde savait" ? Bah ! Jérôme Cahuzac avec une clinique ayant la réputation de pompe à cash... Ca suffit à lancer une rumeur ?

Saura-t-on la vérité un jour ?

25 commentaires:

  1. Juste comme ça au passage "vendre le porte-avions Charles De Gaulle"... Mais qui serait assez con pour acheter ce bazar ?
    Même le coréen fou ne le ferait pas... C'est totalement surréaliste ce truc.

    RépondreSupprimer
  2. ah ben merci pour l'anonymat ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et en plus je vais passer pour un clown conspirationniste auprès de M'sieur Goux et Bobcestmoi maintenant :)

      Supprimer
    2. meuh non
      tu n'es pas l'auteur de l'article
      il arrive à tout le monde de relayer des articles juste pour le fun

      Supprimer
    3. Ce n'est pas pour le fun mais pour le buzz... Plus sérieusement quand j'ai sorti ça, aucun journal français n'en parlait. Depuis, c'est fait.

      Supprimer
  3. j'ai du mal à croire à ce type de complot sorti de nulle part

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ! Mais comme j'ai aussi beaucoup de mal à croire à beaucoup de versions.

      Ils parlent de la DCRI, certes un repéré de sarkosystes, mais qui ne dépend pas de la Défense.

      Supprimer
  4. Pas très crédible: réduire le budget de l' armée (et les autres aussi, d'ailleurs; mais tout particulièrement celui-là) et de combien, c'est une décision qui se prend au niveau de Hollande, qui n'aurait pas laissé Cahuzac gérer ça à son idée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cahuzac est un pion utilisé contre Hollande qui n'est pas spécialement crédible quand il dit qu'il n'était pas au courant.

      Supprimer
  5. Ces coupes étaient annoncées depuis un mois par Jean Guisnel dans Le Point, lors du KDB auquel je suis venu avec mon épouse.
    Puis Le Parisien (daté 14 ou 15 mars je ne sais plus) avait titré sur la vente du porte avions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Précisément la veille de la démission de Cahuzac.

      Supprimer
  6. Ce n'est peut-être pas issu d'un complot, je vous l'accorde, on n'en a aucune preuve.
    En revanche, le nombre de réunions dans le dos des peuples (Bilderberg, FM...) sont tout de même des éléments assez éloquents pour justifier que cette piste soit explorée.

    RépondreSupprimer
  7. il y a une rumeur folle et persistante relayée par zebuzzeo.com qui illustre aussi le grand n'importe quoi : Fabius aurait survolé le site d'AZF avant la catastrophe, qui aurait été créée par des essais cachés de l'Armée, tous ceci relayé dans un blog de Médiapart. Fabius aurait caché qu'il y était....
    J'ai trouvé mieux, non?

    RépondreSupprimer
  8. La réalité sent très fort et les odeurs ne peuvent être contenues plus longtemps. Internet représente les fissures dans la terre, prêtes à craquer, et la politique le magma toujours plus bouillonnant.
    Cependant, en droit, du faisceau d'indices à la preuve, il y a un pas de guéant!

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.