28 avril 2013

Mur des cons

Le 28 avril est l'anniversaire de la démission du Général de Gaulle. Cette date sera néanmoins à marquer dans le calendrier pour une autre raison : je suis tombé d'accord avec tous les propos que j'ai entendus de Jean-Luc Mélenchon aujourd'hui. C'était vers 12h30 sur France 3 où je suis passé après l'émission de Petitrenaud sur France 5. Méluche soutenait le Syndicat de la magistrature dans l'affaire du mur des cons.

Le bruit qu'a fait cette histoire est incroyable même si j'ai mis le temps à m'y intéresser. Je résume ce que j'en ai compris. Le syndicat recevait des journalistes dans ses locaux. Il y avait trop de monde. Du coup, ils en ont fait patienter certains dans une pièce pas faite pour ça. Il y avait un mur, dit mur des cons, où étaient affichées les photos de personnalités, essentiellement de droite... Un journaliste a filmé ce mur avec son smartphone et la vidéo s'est retrouvée sur le net, sur un site proche de la droite, provoquant le scandale que l'on connait.

Au dernières nouvelles, on chercherait le coupable. Il s'agirait d'un journaliste de France 3. J'ai vu des journalistes s'engueuler dans Twitter. Ils parlaient de déontologie et tout ça.

Tout ça me parait être une tempête dans un verre d'eau même si je comprends que ça n'ait pas fait plaisir à certains d'être ainsi épinglés. Leur colère est légitime.

Je me demande bien ce qu'il y a d'illégal dans tout ça, sauf peut-être le fait de filmer dans des locaux privés, ce qui est annexe, et surtout de diffuser ce truc puisque ça revient à des injures publiques.

Madame Taubira a fait ce qu'elle pensait avoir à faire : saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature. Ceci a provoqué la colère du SM qui trouve qu'elle donne ainsi raison à la droite qui veut sa dissolution.

Jean-Luc Mélenchon donne raison au SM et je lui donne raison. Une fois n'est pas coutume. Ce qui ne doit pas empêcher le SM de donner des claques à ses collaborateurs qui font les cons pendant les heures de bureau.

Le journaliste serait proche de la droite et on se demande comment la vidéo se trouve sur un site d'information proche de la droite. A qui profite le crime ? La droite demande maintenant la dissolution d'un syndicat de magistrat qu'il m'apparaît nécessaire de défendre tant qu'on n'en sait pas plus. On n'en saura d'ailleurs jamais plus.

Pourquoi j'ai zappé sur la 3, moi, alors que je savais qu'il y avait Mélenchon ? D'un autre côté, c'était la fin de l'interview.

6 commentaires:

  1. il n'y avait pas besoin de ce mur pour savoir que ce syndicat est à gauche et a un parti pris politique évident

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais ce n'est pas grave. C'est même logique. D'ailleurs, la plupart des syndicats sont à gauche, c'est dans l'ordre normal des choses.

      Supprimer
  2. Je trouve aussi incroyable que le présumé coupable soit ce journaliste... Qui a fait un boulot important, de montrer de quoi ce syndicat de juge est capable.

    Au départ, ça m'avait gonflé, mais bon, pas plus. Par contre l'interview hier de la présidente de ce syndicat (sur le Parisien), qui venait donner des leçons de tolérance, d'humanisme, de justice et tout et tout, en justifiant le fait de qualifier une énorme partie de la population de "con", cela m'a insupporté.
    La droite républicaine aurait grand tort de ne pas se saisir de cette affaire, pour demander des comptes à ces gens là, qui quand même nous jugent.

    Ce n'est pas un syndicat anodin quand même... Non j'avoue ne pas avoir pris ça bien (et avoir pris les leçons de morale de cette présidente sectaire extrêmement mal).

    Mais sinon c'est dimanche soir. Il pleut. Alors allons boire un coup (et la colère sera aussi saine, mais plus apaisée ^^). Bon dimanche soir



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une affaire privée qui concerne des collaborateurs (employés ou bénévoles, je n'en sais rien) d'un syndicat. Ce n'est pas grave. Il n'y a pas de faute. C'est comme si toi, tu faisais la même chose dans ta boite (entendons nous bien : c'est une faute professionnelle, ça ne regarde que toi et ton employeur).

      Un journaliste fait une vidéo pendant ces heures de travail et ne la file pas à ses employeurs : c'est limite. Très limite. Mais ça ne nous regarde pas plus.

      Par contre, ce journaliste est de droite et donne la vidéo à un journal de droite pour faire réagir les gens de droite. Ta réaction prouve que ça marche.

      Supprimer
  3. Comme j'écrivais ailleurs, on peut aussi se demander ce qu'on peut trouver dans des locaux syndicaux de police comme Alliance par exemple.
    Bref on s'en fout, d'habitude c'est du Ricard qu'on trouve.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.