04 juillet 2013

Morales, que d'histoires !

C’est assez rigolo de voir des blogueurs réactionnaires et des blogueurs de la gauche de la gauche défendre les mêmes causes et, en l’occurrence, taper sur les dirigeants de ce pays. Aussi bien, hier, vous leur auriez demandé qui est le président de la Bolivie, ils n’auraient pas su répondre ! La gauche de la gauche aime bien défendre les pays d’Amérique du Sud, y compris quand leurs chefs d’Etat revient d’un congrès d’exportateur d’énergie fossile.

Imaginons Jean-Luc Mélenchon ou Nicolas Sarkozy à la place de François Hollande. L’avion aurait-il été autorisé à traverser notre espace aérien ?

Evidemment, pas. Des fonctionnaires zélés ont décidé d’empêcher un avion de survoler notre pays parce qu’ils ne savaient pas qu’un président s’y trouvait et qu’on leur avait dit qu’il transportait un type recherché par les services de sécurité d’un pays ami.

Dès qu’on a su que M. Moralès était à bord de l’avion, l’autorisation de décoller a été donnée.

Le blogueur réactionnaire ironise que François Hollande « qui tance les USA parce qu'ils nous auraient espionné et dans le même temps, la France refuse son espace aérien à un président en exercice qui a peut-être à son bord, on n'en sait rien, l'homme qui aurait permis de savoir que les USA étaient des espions. » L’espace aérien n’a pas été refusé à un président mais à un type qui a mis en cause la sécurité d’un pays ami et personne n’ignore que les USA ont des espions, ce que je notais dans mon billet. C’est d’autant plus drôle qu’il suffit de consulter Google News pour tomber sur cet article du Monde qui explique que la France utilise les mêmes procédés que les Etats-Unis (mais avec des moyens moindres). Un ancien Sarkozyste va bientôt critiquer l’américanisme de l’Etat français…

Quant au blogueur de la gauche de la gauche, par ailleurs très sympathique, il exige pour la deuxième fois de la journée la démission de Hollande et dénonce aussi cet américanisme. Avec son blog hébergé par Google.

La France se prend maintenant des baffes de la Russie, des Etats d’Afrique du Sud et des blogueurs réactionnaires et de la gauche de la gauche.

A part ça, tout va bien.

11 commentaires:

  1. On se fout du monde et tu vas nous faire croire que tu y crois ?
    Comment peux-tu croire qu'il ait fallu 11h aux services de l'Elysée pour identifier que c'était l'avion d'Evo Morales ?

    Perso, j'aime mieux ne pas croire que nos dirigeants sont incompétents à ce point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas l'habitude de tomber dans la théorie du complot. D'ailleurs le complot initial porte sur le mensonge à propos de la présence du type dans l'avion.

      Il y a probablement eu un gros loupé quelque part mais je ne sais pas où. En outre ce sont quatre pays... Les 11 heures ne sont pas dues à la France.

      Supprimer
    2. l'ambassade du Guatémala (ou du Nicaragua) en France avait fait savoir , que contrairement à celle de Londres, elle n'accorderait aucun asile politique
      fallait donc prendre aucun risque

      Supprimer
    3. le France ne voulait pas prendre le risque d'un débarquement en cas d’atterrissage forcé

      Supprimer
  2. "on leur avait dit qu’il transportait un type recherché par les services de sécurité d’un pays ami."

    Permettez que je m'inscrive en faux quant à cette affirmation. Les USA ne sont pas un pays ami, d'ailleurs un pays ami ça n'existe pas. On noue une amitié avec une ou quelques rares personnes, des peuples peuvent partager une vision commune sur certains points et de fait une certaine forme d'estime. Mais au niveau des pays, c'est tout simplement impossible. Il y a des alliés, et c'est normal dans un jeu où chacun essaie d'avancer ses pions, de se placer pour l'accès à telle ou telle ressource, pour tenter d'emporter un marché, etc. Arrive toujours le moments où les intérêts divergent, où on doit faire le choix de continuer honnêtement l'alliance ou privilégier ses intérêts en espionnant, en ayant recours à des manœuvres discrètes pour évincer l'allié, etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je permets, mais les Etats Unis ne sont pas, non plus, un ennemi et l'espionnage n'est pas un fait nouveau.

      Supprimer
    2. Le gouvernement des États-Unis n'est pas un ennemi, il est Le Seul Ennemi de fait, tout simplement parce que ses intérêts et ceux du peuple français (je n'ai pas dit ceux qui nous gouvernent) sont opposés. Il est d'autant plus L'Ennemi, que ceux qui nous gouvernent depuis assez longtemps déjà (une dizaine d'années) en sont les complices.

      Oui, je crains de ne pas te plaire, mais je ne vois aucune différence entre l'ancien président et le nouveau, et cela se démontre chaque jour.

      Supprimer
  3. De toute façon, le ministre Valls vient de rejeter la demande d'asile de Snowden. Ca prouve bien que le président sans honneur préfère se coucher devant les Amerloques. La version d'avoir agit sur ordre américain pour bloquer l'avion devient la plus crédible (mais qui pouvait en douter connaissant le pedigree du président-toutou fidèle).

    Il n'y a pas que les blogueurs de gauche et d'extrême droite tapant sur le président-larbin. Suffit de lire l'incroyable succession de commentaires aux articles du Monde relatant l'affaire de l'avion : des centaines de commentaires tous extrêmement critique et injurieux pour Hollande, une infime minorité de commentaires restant neutres.

    Je pense que beaucoup de socialistes viennent d'ouvrir les yeux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup ?

      Mon pauvre ami, tout le monde se fout de cette histoire. Et avant de te faire une opinion, vérifié l'origine des commentaires. Ça serait plus utile que de te croire obligé et autorisé à parler au nom des socialistes.

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.