30 juillet 2013

Vite ! Muselons la presse !



Voila la bonne idée relayée par notre ami Gauche de Combat ! C'est beau. J'en ai les larmes aux yeux. De rire. Au nom de la liberté d'expression, mieux ! De la liberté de la presse, nos amis de la gauche de la gauche veulent créer un "conseil de la presse". 

L'article qu'il cite est intéressant mais ce brave de Combat donne l'impression de vouloir régir ce que doit diffuser la presse, parlant même de journalisme de propagande qu'il faudrait pouvoir interdire. 

Cela étant, c'est un peu compliqué. Voir la gauche de la gauche soutenir Neelie Kroes est déjà relativement jouissif. Vouloir une instance de régulation de la presse au nom de sa liberté, aussi. Tenir un blog - c'est un média - et vouloir imposer aux autres ce qu'ils doivent faire est amusant. 

Il faudrait surtout une loi qui oblige les électeurs à lire le blog de Gauche de Combat et leur interdisant de lire Le Figaro. Au nom de la liberté ! 

Je vais expliquer à GdeC : l'intérêt de la presse tient en sa liberté. Mediapart, par exemple, fait un bon boulot et a fait tomber un ministre. Ils l'ont fait par intérêt commercial ce qui est logique. Mais le camarade semble vouloir dire ce qu'est la vraie information. Médiapart gagne du pognon même s'ils représentent la gauche de la gauche. C'est la joie du libéralisme. D'autres journaux touchent des subventions. J'aurais tendance à dire qu'ils n'ont pas à toucher mon pognon. Imaginer que Le Figaro touche des sous de mes impôts que rend malade... Enfin pas plus que ça. 

Des imbéciles pensent à créer un conseil de la presse alors que la presse est en train de crever, concurrencée par internet, où les médias peinent à trouver un modèle économique dans ce monde d'information en continu. GdeC condamne les sites qui ne font que diffuser des dépêches d'agence alors que nous sommes accroc à l'information en continu. 

Ou alors, il voudrait privilégier la presse qui fait avancer sa cause : faire tomber le gouvernement. La même cause que la droite, que l'extrême droite,...

Il faut une presse pur ça. Une presse qui donne de la vraie information. Une information certifiée par Gauche de Combat. 

C'est à lire ici :
http://gauchedecombat.com/2013/07/30/en-voila-une-question-quelle-est-bonne/

49 commentaires:

  1. "Vouloir une instance de régulation de la presse au nom de sa liberté", c'est vrai que c'est assez cocasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouarf!
      Il veut interdire l'Humanité? (Merde!)

      Supprimer
    2. @Fred Camino: Pour info, c'est exactement ce que réclame un député PS du nom de... Malek Boutih pour l'internet. Etonnant, non ?

      Supprimer
    3. Je ne savais pas, Il doit être bien seul le pauvre.

      Supprimer
    4. Pas sur. Côté internet, le PS (comme les autres probablement) a souvent des idées délirantes : les élus n'y connaissent rien.

      Supprimer
  2. Je pensais intérêt démocratique pour médiapart.
    Quelle assurance dans les motifs des enquêtes de ce journal !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ! Tu crois que Plenel ne pense pas à avoir un revenu pour payer les gens qui bossent pour lui ?

      Supprimer
  3. "L'article qu'il cite est intéressant mais ce brave de Combat donne l'impression de vouloir régir ce que doit diffuser la presse, parlant même de journalisme de propagande qu'il faudrait pouvoir interdire."

    Ce n'est pas du tout l'impression que l'a fait l'article de GDC, qui, outre qu'il n'a jamais dit qu'il fallait interdire le journalisme de propagande (c'est du journalisme ?) parle en fait de déontologie de la profession, de lutte contre les intimidations judiciaires, contre l'envahissement de l'information par les faits divers, contre l'autocensure du politiquement correct, ouvre un débat, et demande ce qu'en pensent les professionnels. Il me semble par ailleurs que si des imbéciles pensent à créer un conseil de la presse alors que la presse est en train de crever, c'est justement pour tenter de la sauver, en lui ramenant la faveur du public.

    C'est ce que j'ai compris de l'article, mais j'ai dû mal comprendre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réponse est presque dans la question ou du moins dans le commentaire. C'est incroyable que tu n'arrive pas à comprendre de que tu écris tu voudrais par exemple que les journaux ne soient pas envahis par les faire divers. De quel droit ? Comment peux tu oser dire que tel ou tel type d'information est plus important que d'autres ?

      Il ne demande pas aux professionnels ce qu'ils en pensent mais à une catégorie de professionnels, les journalistes. Qui comme tous salariés aiment bien faire ce qu'ils ont envie de faire. C'est leur patron, par contre, qui est chargé de vendre le journal et de gagner du pognon.

      La lutte contre les intimidations judiciaires ? En tant que type de gauche, j'ai tendance à croire en la justice. Et je vois pas comment un nouveau machin pourrait résoudre le problème.

      Supprimer
  4. Je pense que le seul problème est la personnalité des patrons de presse : leurs publications, le plus souvent, ne sont que le moyen de faire passer un certain message malgré les journalistes employés. Ces patrons de presse sont trop souvent aussi des grands patrons d'autre chose, dont la presse n'est que la danseuse chargée de comm, même à perte.

    N'est-il pas assez croustillant de découvrir souvent une relation plus honnête des faits par un organe comme le Figaro, que par des Libé ou NouvelObs devenus militants aux dépens de la vraie info ?

    Quant à aider ce gouvernement à tomber, je ne m'inscrirai pas en faux dans cette démarche. Après le TSCG, l'ANI et la fournée de lois passées au lance-pierre et en procédure d'urgence dans la session extraordinaire de ces jours-ci, que nous prépare-t-il encore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Calme toi donc dans tes délires sur le gouvernement.

      Supprimer
    2. Tu devrais. Le Président et les députés ont été élus.

      Supprimer
    3. Je n'y suis pour rien...

      Donc face au gouvernement il est logique à mon sens que je garde ma capacité de critique : je te rappelle que j'avais tenté de dissuader le président de se présenter, parce pour moi il était important de tenter cette démarche.

      Je te rappelle tout de même que je suis dans l'opposition de gauche, pas dans la majorité.

      Supprimer
    4. S'il ne s'était pas présenté, Sarko aurait été élu avec 65%.

      Tu as le droit de critiquer sa politique comme j'ai le droit de dire que certains propos sont un manque de respect pour les électeurs, donc le peuple.

      Supprimer
  5. Au moins, quand la presse déconne, ça nous donne de belles occasions de lui tailler des costards dans nos blogs.

    RépondreSupprimer
  6. Moi si c'est bien indemnisé je veux bien en être de ce conseil...

    Marc V

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La presse ne dira pas les rémunérations quand elle sera libérée par ce conseil.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Tout à fait ça. Remarque, il était aussi à l'origine de la charte des blogs.

      Supprimer
  8. Si on ne l'avait pas, il faudrait l'inventer, le camarade ! C'est tout de même curieux, cette perpétuelle haine de la liberté qui anime les gauchistes depuis toujours…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qu'il y a de délirant c'est qu'il ne comprend pas que son propre blog finirait par être interdit.

      Supprimer
  9. Quand cette gauche de la gauche parle de démocratie et de république, c'est tristement à mourir de rire... Un nouvel exemple...

    Enfin, ils ne pèsent rien dans les urnes. Qu'ils restent à ce niveau là, ça sera parfait (un peu plus bas serait mieux...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les communistes ne me dérangent pas. Ce sont les loustics qui tournent autour qui m'énervent.

      Supprimer
    2. Je ne parle pas des communistes, mais bien de cette gauche de la gauche... (le PdG et tout ça).

      Les communistes français (qui sont des républicains) devraient reprendre la main et foutre tous ces fous dehors.

      Supprimer
    3. Falconhill : les communistes n'ont jamais été des républicains. La démocratie a toujours été leur pire ennemi, ce qui les a conduits, dans l'Allemagne des années 25-33, à s'associer très souvent avec les nazis pour pourrir la République de Weimar. Les vrais ennemis des communistes sont les gens comme Nicolas, disons les sociaux-démocrates, pour faire bref.

      Donc, les communistes doivent être impitoyablement écrasés, dans la mesure où ils n'ont jamais rêvé d'autre chose que de détruire le monde (perfectible, certes) qui est le nôtre pour installer à la place leur dictature abjecte.

      Supprimer
    4. Je le dirais différemment : les communistes arrivés au pouvoir se sont toujours comporté comme des dictateurs abjects. Tout comme les types d'extrême droite.

      Mais une des idéologie est plus jolie : on vit ensemble, on partage et tout ça.

      Falconhill, je crois (parce qu'on est d'accord sur le sujet), fait référence aux membres du PCF par opposition aux autres andouilles de cette gauche de la gauche officielle et imbéciles. Tous ces connards, qui s'imaginent être propriétaires des militants et des électeurs du PCF.

      Supprimer
    5. Donc, si les communistes, arrivés au pouvoir, se sont toujours comportés comme des dictateurs abjects, quelle conclusion en tirer ?

      Il n'y a pas de changement : les gens comme GdC ou CSP vous haïssent parce que vous incarnez la gauche "raisonnable" (que personnellement je ne trouve pas raisonnable du tout, mais bon), la gauche qui parfois gouverne, comme en ce moment,et qui les prive de leurs imprécations rituelles.

      Si demain la droite revient au pouvoir, vous continuerez à tenir ce blog sans problème ; en revanche, si vos "amis" y arrivaient, au pouvoir, ce qui n'a pas la moindre chance de se produire, grâce au Ciel, vous vous retrouveriez dans le même camp que moi, et votre condition de détention serait pis que la mienne.

      Espérons au moins qu'il y aura de la bière, mais j'en doute : ces enculés tiennent à notre santé.

      Supprimer
    6. Mais on tire les mêmes conclusions. Aucun extrémisme n'est possible dans dictature. Je suppose que CSP le sait, que Bab vit dans son monde et que GdC est inconscient. Les trois sont pourtant bien différents. GdC est bête, CSP d'agir de moi une espèce d'emblème des traitres et Bab me respecte. Ce qui fait de lui un être largement supérieur et un ami putatif (on ne s'est vus que deux ou trois fois). Je suis d'ailleurs persuadé que si on passait une soirée tous les trois, elle serait excellente.

      Mais pour les mêmes raisons, il serait souhaitable que vos propres amis n'arrivent pas au pouvoir.

      Supprimer
    7. "Donc, si les communistes, arrivés au pouvoir, se sont toujours comportés comme des dictateurs abjects, quelle conclusion en tirer ? "

      C'est très simple, l'idéologie communiste porte en elle la dictature. Le communisme n'est applicable qu'en dictature puisqu'il va à l'encontre même d'un besoins humain : la liberté.

      Le communisme est un totalitarisme par définition.

      Supprimer
    8. Arrête ta propagande de gamin de huit ans.

      Supprimer
    9. Ouais, moi j'aime bien les gars du PCF ancien qui étaient dans le camp de ceux qui ont libéré la France. Ils ont une idée de la République que je peux défendre, et j'ai pour ces gens là une tendresse certaine. Je combat leurs idées, mais je les respecte.

      Je n'arrive pas, par contre, à avoir ce même respect pour ces jeunes du PdG ou du FdG. Les Mélenchonistes, ou les quelques blogueurs extrémistes qui puent la haine. Je trouve qu'il y a une grande différence.

      Je pense que les GdC ou les fous du PdG sont assez différents de ceux du PCF.

      Pour autant, j'imagine que j'ai une certaine sympathie pour eux aussi car ils ont toujours été minoritaires... Je ne sais pas si une fois au pouvoir ils n'auraient pas été comme leurs frères de l'Est... (mais nous ne le saurons jamais : ils sauront toujours minoritaires dans notre pays, ce qui est une bonne nouvelle au final).

      Supprimer
    10. Ben oui. Mais les nouveaux trous du cul viennent de récupérer l'histoire du PC.

      Supprimer
  10. Voila une belle idée.
    Je trouve bizarre l'utilisation des termes " gauche de la gauche" et desservant les idées plutot qu'autre chose.

    Sur le conseil de la presse, il faut voir en action ce type de conseil. Les journalistes ont le droit d'écrire les articles qu'ils souhaitent.
    Néanmoins ca serait interessant de voir l'impact de la non publication de certains articles sur les politiques. Je pense en ce moment à Estrosi ou au maire qui s'est fait une tribune sur Hitler ou bien encore le point qui a souhaité faire un sondage sur le régime Nazi et les tziganes.

    Il serait interessant aussi d'avoir une presse qui ne se base pas uniquement sur la vente des journaux. Je m'explique si on continue dans la logique actuelle, on reste sur des articles de presse de plus en plus de forme que de fond.
    On avance des arguments sans preuve et on augmente la publication de faits divers qui ne coutent rien et diminue le vivre ensemble.
    Un parisien sur Marseille sans y avoir mis une fois les pieds.
    " A Marseille, ca craint il y a des réglements de compte, on peut se prendre une balle sans avoir rien fait."

    Donc oui je suis favorable à un conseil de la presse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça, c'est pas beau du tout, de diminuer le vivre ensemble ! C'est presque pire que d'augmenter le mourir séparément.

      Supprimer
    2. Paristique, Didier a raison. Fais gaffe à ce que tu écris.

      Pour le reste, on ne peut pas forcer la presse à faire des articles qui n'intéressent pas le public.

      Supprimer
  11. Pour répondre à FalconHill, je suis fier d'être dans la gauche de la gauche : au point que je trouve inadéquat qu'on verse dans celle-ci la plupart des composantes du FdG. Eux sont vraiment la Gauche. Tout court. Celle que le PCF commence à abandonner de diverses façons, dans le mouvement habituel qui veut voir tout mouvement se droitiser avec le temps.

    Je suis assez proche de la Fase, de GU, de C&A, mais sur certains points, toujours les mêmes, nous n'avons pas la même analyse. Cela ne nous empêche pas de militer ensemble à l'occasion. Avec le PCF, je ne cache pas que ce soit plus difficile.

    J'envie Didier Goux : il est probablement moins seul. Je ne pense pas, en revanche, qu'il apporte souvent des idées constructives : je serais enchanté de le voir en suggérer, ne serait-ce que pour me contredire.

    Je pense à un vieil ami, anar de très longue date : il édite de petits livrets d'idées, de poésie, de lumière, malgré un état physique loin du top. Des idées, il en a à la pelle. Sans être un guide, son fanal éclaire mon chemin. Et c'est bien. Le plus souvent, peu de personnes achètent ses publications, mais il continue. Ce qu'il donne ne peut pas rester comme une graine qui meurt. Il en reste nécessairement quelque chose. Et qu'on ne s'y trompe pas : nous ne sommes pas d'accord sur tout, il y a des points où nous sommes inconciliables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais tu as ta propre définition de la gauche qui n'est pas celle usuelle. Dans la mesure où par mon militantisme (à un niveau fort modeste), j'arrive à foutre décors une droite dure, je peux m'estimer plus à gauche que des militants qui, avec un combat d'arrière garde, contribuent à renforcer une droite encore plus dure.

      Supprimer
    2. Ne m'enviez pas, mon vieux : je me fous de vos conneries. Je pense que vous êtes victime d'une chose à laquelle nul n'échappe et qui s'appelle la sénescence. Je pense souvent à vous, figurez-vous, je me marre à imaginer vos enfants et petits-enfants se morigénant avant de venir vous voir (car le suis sûr que vous êtes un grand-père parfait), dans ce style : « Bon, n'oublie pas, on va voir Papy, il faut faire le gauchiste, c'est son truc. Comme on l'aime, et que son ramollissement cérébral l'a conduit là, il faut qu'il soit heureux de notre visite, qu'il pense qu'il y a derrière lui deux ou trois générations de révolutionnaires, qu'on va mettre à bas le vieux monde dès qu'il sera mort. »

      Moyennant quoi, vous devez passer une excellente journée, et ensuite ils se marrent un peu dans la voiture du retour, mais avec tendresse, parce que vous avez cru faire preuve de votre jeunesse et qu'ils ont simplement eu confirmation de votre grand âge.

      Supprimer
    3. Bon les vieux ! On se calme. Au moins, Bab, aura des petits enfants pour le visiter... Et pour l'emmerder.

      Supprimer
    4. Je ne l'envie pas, mais je le félicite pour ça. Ce que je voulais dire, c'est que j'aurais sûrement été content d'avoir un grand-père comme lui. Et, là, bizarrement, je ne plaisante pas.

      Supprimer
    5. Z'avez qu'à épouser une de mes grands mères. Je serais votre petit fils et on irait se saouler la gueule au bistro. Dommage qu'elles soient mortes.

      Supprimer
    6. Je ne sais pas quel âge vous avez, Didier.... en tout cas si je suis sénile, c'est que je l'ai toujours été : pourquoi pas, après tout !

      Incidemment j'ai encore vu une de mes petites-filles ce midi. Elle va bien, merci. Elle est du côté de Saint Brieuc, ce soir.

      Supprimer
    7. Qu'elle ne descende pas à Loudéac, hein '

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.