23 juillet 2013

Communication élyséenne

On ne sait pas quand mais François Hollande semble avoir opéré un virage dans sa communication, en donnant l'impression qu'on ne parle que lui, ce qui est contraire à ce que faisaient François Mitterrand et Jacques Chirac, du temps de Jacques Pilhan. Par exemple, s'il n'y avait pas eu un heureux événement outre manche et un député UDI qui traite Hitler de fainéant, son dîner d'hier soir ferait la une de la presse alors que l'événement est totalement anodin.

Il a reçu les chefs des partis de la majorité. La presse s'en émeut. Comme si l'événement avait le moindre intérêt. Certes, il avait promis de ne pas recevoir les parlementaires à l'Elysée mais quand il avait dit ça, tout le monde s'imaginait des réceptions avec 2 ou 300 députés comme le faisait Nicolas Sarkozy. N'allez pas croire que je le défends aveuglement : sa promesse était grotesque mais je pense que ça n'a strictement aucun intérêt. Il n’empêche qu’il n’a pas reçu « les parlementaires » mais quatre ou cinq lascars, certains n’étant même pas élus.

C'est quand même fort ! On lui reproche de ne pas assez agir mais s'il réunit ceux avec qui il peut faire quelque chose, il se fait engueuler.

A noter que pour ce qui concerne les bêtises dans les blogs, ceux de droite ne sont pas en reste. Ils ont fait leurs billets. Pierre Parrillo, par exemple, critique le coût de ce repas, à peut près le jour même où l'on apprend que le site web de Carla Bruni était fait avec notre oseille. Corto, quant à lui, confond Pierre Laurent et Jean-Luc Laurent, montrant ainsi qu'il ne comprend rien au paysage politique...

Pourquoi ce regain de communication ? Tout d'abord, je suppose qu'à l'heure de Twitter, il n'a pas trop le choix. Le dîner était annoncé sur le site de l'Elysée, le buzz se déclenche. Il ne peut plus rien faire sans que ça se sache alors il est obligé de tout annoncer pour éviter les bad buzz.

Un jour, on verra l'agenda de l'Elysée :
7h30 : lever
7h45 : douche crapuleuse avec Valérie
8h00 : petit déjeuner avec le chef du cabinet
8h30 : caca présidentiel
8h45 : lecture de la presse
8h55 : lecture de Partageons mon avis.

Sinon, quand @valtrier tweetera : « ah ! il est où François ? Parti aux toilettes ? », on trouvera des imbéciles dans Twitter qui diront « C’est un scandale, François Hollande fait caca mais ne l’annonce par sur son site web. » C’était ma minute de scatologie.

Du fait qu’il communique dans tous les sens pour des sujets qui ne nous intéressent pas (encore, si on avait le menu du diner…), des spécialistes de la communication politique font des articles pour ronchonner, comparant avec les pratiques de de Gaulle qui, il est vrai, tweetait un peu moins que @elysee.

Je vous explique. Ou du moins, je vous explique ce que je crois avoir compris. Pépère donne les grands axes, il réunit les députés, les chefs de partis, les journalistes,… pour dire « on va faire ça ». Il montre le cap, comme on dit. Ensuite, Jean-Marc Ayrault fait le chef de la majorité, travaille, fait des annonces,… La semaine dernière, c’était des investissements d’avenir pour l’environnement. Ensuite, on a les ministres sur le terrain qui bossent. Depuis vendredi, on voit Manuel Valls partout. Hier, Montebourg lançait Colbert, le machin pour les relocalisations. Jean-Marc Ayrault lançait un truc pour les nanotechnologies. Mardi (tiens, c’est aujourd’hui), on vote la loi pour la réforme territoriale. Le lendemain, on s’attaque à l’indépendance de l’audiovisuel. Demain, l’Assemblée National s’attaque Soins psychiatriques sans consentement (pour les blogueurs de droite ?)…

François Hollande n’a pas le choix. A l’heure de l’information immédiate, il est obligé de causer. Certes, le style n’est pas le même que le prédécesseur mais il ne faudrait pas, non plus, qu’il se transforme en « omniprésident », ça risquerait de lasser et ça a coulé Nicolas Sarkozy. Overdose…

Qu’ont-ils pu dire, hier soir ?

Avec la presse, on n’en sait pas beaucoup plus. On peut supposer qu’ils commencent à préparer les municipales. Il faut que la gauche aille unie. Comme ça, on évite l’élimination dès le premier tour. Il y a des triangulaires gauche-UMP-FN et on ne perd pas trop. C’est mal, de la part d’un président, de s’occuper de ce genre de tambouille mais, avec Hollande, on a l’impression qu’il est obligé de tout faire. D’ailleurs, je ne dois pas être trop loin. Ce soir, il reçoit Pierre Laurent, le patron du PCF (j’espère que Corto va prendre des notes pour ne pas dire sur son blog qu’Hollande reçoit le patron du MRC).

Je suppose (ou j’espère) qu’ils ont aussi parlé de la riposte : il faut que les partis de gauche tapent sur les partis de droite les jours où ils ne font pas eux-mêmes des conneries. Sinon, dans les blogs de gauche, on est obligé de s’énerver sur des sujets sans la moindre importance, c’est lassant.

Aujourd’hui, Pépère va à Dunkerque. Il a raison : il doit y faire frais. Le thème de la journée est la mobilisation sur l’emploi. Je suppose qu’il y va avec Michel Sapin. C’est bien de rafraichir les ministres les plus âgés. Quand je vous disais qu’il devait tout faire. Ce soir, il a rendez-vous avec Mosco puis le président de l’Union Nationale des Professions Libérales et d’autres types. Les twittos de gauche vont encore gueuler, uniquement en lisant le mot « libérales ». Le tout avant de rencontrer Pierre Laurent.

Demain, c’est mercredi. L’agenda est souvent le même : rencontre avec le premier ministre, conseil des ministres, entretien avec Fabius (il faut que pépère pense aux brumisateurs s’il fait encore chaud), après il rencontre Nicolas Hulot. Tiens ! On l’avait oublié, lui ! Après, il a rendez-vous avec le chef de la coalition nationale syrienne. Après, il a rencard avec des élues d’outre-mer.

Jeudi, il va en Slovénie. On ne sait pas trop où c’est. Ce n’est pas dans ce coin là qu’a été tourné Tintin et le lac aux Requins ?

Sur tous les fronts.

18 commentaires:

  1. La question du rythme est fondamentale. Il y aurait twitter, De Gaulle n'aurait pas eu la même image.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le vieux aurait snobé ces machins imbéciles. je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi on accorde quelque importance à FB ou Twitter lorsqu'on pratique la politique à ce niveau. Il y a suffisamment de vecteurs de communication officiels pour ne pas s'abaisser à cela.

      Supprimer
    2. Il n'aurait pas eu le choix. Twitter n'est qu'une image. Il fait voir ce qu'il y a derrière : l'information instantanée.

      Supprimer
    3. Compte tenu de la personnalité du général, je doute qu'il se serait abaissé à ce carnaval ridicule. C'est d'ailleurs cette orgie de communication qui tue le politique, le rabaissant aux tribulations du premier "people" venu. Le jour où on finira par comprendre que ce ne sont pas les médias qui doivent imposer le rythme de la communication officielle, mais bel et bien le pouvoir, un grand pas aura été fait.

      Ce qui ressort de ces gesticulations communicantes, c'est une nécessité de parler pour faire parler de soi, une manière de vacuité. A force de vouloir être partout, sur tous les fronts, on finit par être nulle part. C'était bien la peine de railler les gesticulations sarkoziennes si c'est pour se livrer aux mêmes contorsions communicantes.

      Supprimer
    4. On est d'accord sur le fait que c'est ridicule mais le général aurait du s'y plier !

      Supprimer
  2. Mais arrête donc de parler de cet idiot de Corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non. Les deux là m'amusent !

      Un mec normal, comme Falconhill, en fait un billet de 10 lignes, eux ils arrivent à pondre des pages sans analyse, sans intérêt. C'est fascinant. Ce sont quasiment les seuls que je connaisse à être à ce point.

      Supprimer
    2. Regarde le dernier billet de Corto à titre d'exemple de vide. Il est à propos des félicitations de Hollande à la famille royale anglaise.

      Supprimer
    3. Ceci dit, cette lettre est un bel exemple d'irrespect protocolaire.

      Supprimer
    4. Vous êtes sûr ? Il n'écrit pas une reine, chef d'Etat, mais à un couple. Je ne suis pas spécialiste non plus... Mais il me semble qu'il y a des gens spécialisés, à l'Elysee.

      Supprimer
    5. Un chef d'Etat, dans une lettre officielle, ce qui est le cas, même si il ne s'adresse pas à la Reine, ne peut associer à son propos que son épouse, pas sa maîtresse. Dans le cas d'espèce, étant de fait célibataire, il n'aurait dû écrire qu'en son nom.

      Supprimer
  3. En tout cas, je peine à comprendre qu'il reçoive aussi Pierre Laurent : celui-ci n'est-il pas dans l'opposition ? Ou alors... il n'en serait pas... mais je doute que le PG soit d'accord avec cette interprétation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non. Mais ouips je ne pensais pas au fg mais au Pg.

      Supprimer
    2. J'ai eu avant-hier l'occasion de parler avec des personnes de gauche, de différents horizons politique: pour eux toute coalition comportant le PS est vouée à l'échec, surtout que localement le PS accepte les coalitions, à condition d'être à leur tête. Réactions unanimes : "nous voterons blanc", je n'ai absolument pas eu à "l'ouvrir" pour constater ce bilan.

      Si c'est partout pareil....

      Supprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.