12 juillet 2013

Vive le gaz de schiste ?

Cette polémique à propos du gaz de Schiste commence à me les brouter sérieusement comme à peu près tous les sujets liés à l’environnement. Elle a à nouveau éclaté suite à des propos d’Arnaud Montebourg – les mêmes qu’il tient depuis longtemps – et des imbéciles élus qui se disent dans la majorité ont immédiatement exigé sa démission : qu’ils se taisent.

Pour ma part, je ne suis pas scientifique mais blogueur politique dubitatif. Pour l’instant, on suppute que l’extraction du gaz de mes deux par fracturation hydraulique est réellement très mauvaise pour l’environnement. Je suis un blogueur politique dubitatif mais de gouvernement : il a interdit l’extraction par fracturation hydraulique et c’est très bien.

Je ne suis pas scientifique et je n’ai pas que ça à foutre : je lis les arguments des anti et des pro. Je ne sais pas qui croire et, franchement, je n’ai envie de croire personne. Je ne suis pas spécialement pour le principe de précaution, un machin qui a été inventé par la droite pour se donner bonne figure. Il n’empêche qu’il n’y a pas le feu au lac et, avec le pragmatisme qui me catégorise, j’aurais tendance à dire : faut voir. Continuons les études avant de commencer la poursuite de l’inexorable destruction de la planète…

Le gaz de schiste, c’est caca.

C’est un machin, quand on l’utilise pour cuire des nouilles, faire avancer une voiture ou mettre de la pression pour pouvoir tirer des bières,… Ca produit du CO2 et un tas d’immondice qui ne servent à rien à part sauf à participer à la photosynthèse pour produire de l’orge, sympathique ingrédient de base de la bière que l’on vient de tirer.

Du coup, on rejette un paquet de CO2 dans l’air. Il s’entasse bêtement en hauteur. Ca fait « effet de serre ». Ca génère le réchauffement climatique qui donne si soif. D’ailleurs, je soupçonne le lobby des producteurs de bière de s’être associé avec celui des extracteurs de gaz… Tout cela a un côté « cercle vicieux ».

Un peu de sérieux.

L’utilisation du gaz de schiste est mauvaise comme l’utilisation de toutes les énergies fossiles et en plus ce n’est même pas une énergie renouvelable. Il faut que l’essentiel des dépenses de recherche soient orientées vers des machins renouvelables et non polluant.

Le gaz de schiste, c’est caca mais…

Quand tous les autres pays autour de nous auront commencé à extraire du gaz de schiste et poursuivront la pollution de l’air avec une nouvelle saloperie, ça nous fera une belle jambe de ne pas participer à la destruction de la planète. A peu près tous les pays du monde rejettent un maximum de saloperie dans l’air ricanant doucement de tout ce qui est mis en place pour leur faire payer leurs saloperies.

Et quand la droite reviendra au pouvoir, en 2017, 2022, 2027 ou 2032, elle autorisera l’extraction en question, on aura l’air malin d’avoir sauvé le monde cinq ans (ou plus)…

Tiens ! Aparté. Ils m’ont encore gonflé avec leur fiscalité écologique. Je suis contre, nananère. De toute manière, c’est le consommateur final qui paye. En gros, la fiscalité écologique, c’est : OK, tu payes et tu as le droit de détruire la planète. A trop défendre la fiscalité machin, on finit par se transformer en gauchiste en peau de lapin. Voire en affreux libéral en organisant un marché du droit à polluer. Si un machin pollue, il faut le supprimer, quand c’est possible, pas le taxer. Amen.

Le gaz de schiste, c’est miam-miam.

Imaginez un peu qu’on trouve une solution pour extraire le gaz de schiste sans polluer, détruire les nappes phréatiques et tout ça, voire avec des avantages, peut-être une solution pour guérir la cirrhose du foie, … Le bonheur ! On n’aura plus besoin d’importer du pétrole à des méchants étrangers et le litre de carburant pour la bagnole reviendra à un euro.

Certes, comme c’est moins cher, on prendra plus la voiture et on fera moins d’effort pour économiser le chauffage. On polluera plus. C’est mal.

Imaginez qu’un habile parti politique dise aux électeurs : « bon ben l’environnement, ça commence à bien faire, on peut produire de l’essence – ou de l’équivalent – qui vous reviendra à un euro le litre tout en remettant en ordre la balance commercial en arrêtant de dépenser des sous à l’étranger et en faisant marcher une nouvelle industrie chez nous. Votez pour moi car en plus je rase gratis. » On aura l’air malin à dire : « hé ho, c’est mal, faisez pas les cons ».

Le gaz de schiste, c’est heu…

En lisant ce billet, vous vous direz : ah ! Ca y est, le gros est devenu fou. Non seulement, il utilise des gros mots mais en plus il vire réactionnaire, libéral et tout ça. Pas du tout. Le gros, il lit l’adversaire également bedonnant. Je ne crois pas spécialement son argumentaire mais je retourne le principe de précaution : avec ou sans nous, l’exploitation du gaz de schiste se fera parce qu’un jour les français vont élire des gens qui seront favorables à son exploitation.

On peut toujours siffloter discrètement en l’air pour faire mine de rien mais les électeurs finiront par se dire qu’on ne remplacera pas le pétrole et le nucléaire avec des éoliennes parce que des politiciens que nous pourrons toujours qualifier de poujadistes, ce qui ne changera rien, vont le leur dire.

Le gaz de schiste vu par François Hollande.

C’était le 14 septembre 2012 à la Conférence environnementale. Le texte du discours est sur le site de l’Elysée. Oui, je redeviens parfaitement sérieux. « Mais soyons clairs, dans l'état actuel de nos connaissances, personne, je dis bien personne, ne peut affirmer que l'exploitation des gaz et huile de schiste par fracturation hydraulique, seule technique aujourd'hui connue, est exempte de risques lourds pour la santé et pour l'environnement. »

Il l’a rappelé lors de sa conférence de presse du 13 novembre. Cette technique d’extraction restera interdite. « En revanche sur les autres techniques, je laisse les entreprises, les chercheurs travailler et je prendrai mes responsabilités le moment venu si une technique apparaît,  aujourd'hui, il n'y a aucune autre technique que celle qui est condamnée c'est çà dire la fracturation hydraulique. »

Le gaz de schiste, vu par moi.

L’exploitation du gaz de schiste se fera. Je l’ai déjà dit mais la gauche ne sera pas éternellement au pouvoir. Il est donc de notre responsabilité de faire en sorte qu’elle se fasse bien, donc avec une méthode d’extraction pas trop destructrice.

Toujours est-il que l’espèce de polémique qu’ont déclenchée les propos de Montebourg me navre. Que Jean-Vincent Placé dise des conneries, ce n’est pas très grave, on est habitué et c’est lui qui se décrédibilise. Mais j’invite tous les autres guignols à maitriser leurs propos. C’est quand même simple : le gouvernement travaille à la transition énergétique et refuse la fracturation hydraulique pour l’extraction du gaz de schiste. Montebourg n’a rien dit de contraire à tout cela.

Ce qu’on retiendra de cette semaine ? Un faux couac gouvernemental avec un recadrage bidon d’un ministre et le merdier à l’UMP.

Pourtant, Romain nous rappelle qu’il y a eu aussi : la loi sur le cumul des mandats, les mesures pour l’égalité entre les hommes et les femmes, le plan d’investissement de 12 milliards (je n’en ai même pas fait un billet, tiens !, tellement tout le reste m’énerve, les mesures de simplification administrative, l’accord sur la PAC, l’avant-projet de loi sur le commerce et il en oublie, l’andouille !

Arrêtez de déconner !  

Et arrêtez de communiquer à propos de l'environnement : c'est totalement contreproductif électoralement. Foutez-vous ça dans le crane. Les gens sont inquiets pour l'avenir et vous leur expliquez que les autres pays vont avoir une source d'énergie pas chère qu'on interdit chez nous ! Inconscients...

(illustration)

46 commentaires:

  1. Comment ça vous ne croyez pas vraiment à mon argumentaire? Vous nous reprochez toujours de ne pas faire des billets fouillés et quand on vous en pond un vous n'êtes pas d'accord.

    Y'a pas moyen de vous combler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si ! Je dis en introduction que je ne crois pas non plus aux argumentaires inverses.

      Supprimer
  2. On pourrait explorer en Corse (je crois qu'ils ont, là-bas, ce qu'il faut comme explosifs), et puis, si ça s'avère trop polluant, leur filer l'indépendance aussitôt après...

    RépondreSupprimer
  3. Ça c'est du bon billet réac comme on les aime, vendu aux grandes compagnies capitalistoc et tout et tout ! Bravo, continuez !

    (Sérieusement, il ne faut pas que le "principe de précaution" devienne l'alpha et l'oméga de toute chose. Ou alors, on décide de faire une croix sur toute avancée scientifique et technologique. En outre, certains vont même jusqu'à vouloir interdire la recherche sur le gaz de schiste, ce qui me semble le comble de la connerie obscurantiste – écolo, quoi.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui hein ! Je commence à être bon comme blogueur réac !

      Le principe de précaution est un truc de droite. C'est Chirac qui a fait modifier la constitution. Une posture débile.

      Supprimer
    2. Ce n'est malheureusement ni un truc de droite ni un truc de gauche : c'est un truc d'époque. Tous n'en mourraient pas mais tous étaient frappés, genre. Chirac l'a fait parce que les sondages l'exigeaient, en quelque sorte. Ç'aurait pu être n'importe quel autre président à sa place. Mais il est vrai que la proximité électorale des socialistes avec ces abrutis d'écolos ne laisse aucune chance d'un retour à un semblant de raison.

      Supprimer
    3. Non. C'est un truc de droite. Ça n'est pas la gauche qui a fait voter cette connerie.

      Supprimer
  4. Travaillant dans l'industrie du gaz, je suis néanmoins fortement opposé à l'extraction du gaz de schiste. A mon avis on a là une ressource à laquelle il ne faudrait mieux pas toucher. Je pense qu'un jour, il faudrait vraiment prendre conscience de l'importance de l'écologie si nous ne voulons pas assister à notre propre destruction.
    Non seulement, les techniques d'extraction du gaz de schiste sont extrêmement polluantes pour le sous sol mais en plus les puits sont très fuyards et laissent s'échapper beaucoup de méthane (environ 10% du puits par de cette façon). Sachant que le méthane est 25 fois plus puissant que le CO2 en terme d'effet de serre, si tout le monde s'y met, la planète sera ravagée en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

    En plus soyons clair : cela n'apportera rien en termes d'économie à la France. Nous sommes liés au contrat long terme avec la Russie notamment et nous achetons déjà ainsi le gaz plus cher qu'il ne l'est sur les marchés spots (court-terme). Du coup que fera t on de ce gaz supplémentaire???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'importe quoi. Désolé. Il ne s'agit pas de faire des économie à court terme.

      Pour l'effet de serre, on est d'accord mais si tous les autres pays du monde s'y mettent, on sera ridicules.

      Ouvrez les yeux. En 2017, le candidat de droite dira on va faire. La gauche sera balayée et vous pourrez vous torcher avec l'écologie.

      Supprimer
    2. Donc, Arnaud Montebourg a raison?

      Supprimer
    3. Si on ne fait des économies à court terme, alors c'est encore plus idiot car on aura épuisé nos réserves d'ici là et le problème se reposera continuellement tant que l'on aura pas résolu la question de la transition énergétique.

      D'autre part, je n'accepte pas l'argument de "si c'est pas nous les pollueurs alors ça sera les autres donc polluons tranquille". Ce genre de réflexion ne fais pas avancer les choses mais empirer les problèmes.

      Enfin, je préfèrerais que la droite prenne cette décision, je n'aurais pas à déchirer ma carte du PS ;) et j'aurais une raison supplémentaire de les mépriser ;)

      Supprimer
    4. Si tu n'acceptes pas les arguments, ce n'est pas la peine de discuter. Épuiser nos réserves ? Quand ?

      Supprimer
    5. "Nous sommes liés au contrat long terme avec la Russie notamment et nous achetons déjà ainsi le gaz plus cher qu'il ne l'est sur les marchés spots (court-terme). Du coup que fera t on de ce gaz supplémentaire???"

      On le vendra à la Russie pour plus cher qu'elle nous vend le sien.

      Supprimer
    6. C'est sur la Russie va nous acheter du gaz... avec tout ce qu'elle a en réserve soyez sérieux!
      Il n'y a aucune études sérieuses qui évaluent nos ressources donc on peut penser que si on exploitait cela nous servirait peut être pour les 20/30 prochaines années. Et après on fait quoi ??
      Sinon je vous conseille de lire le petit livre "Le mirage du gaz de schiste" qui explique très bien pourquoi, si vous n’êtes pas sensible aux arguments écolos, le gaz de schiste n'est pas si rentable que cela et ne sera pas créateur d'emploi (ou si peu) (notamment grâce à notre code minier qui rétribue fortement les compagnies pétrolières et gazières et très peu l'Etat).
      Le seul truc qu'on peut espérer si c'est la gauche qui fait cette mesure c'est que ca sera une compagnie nationale, mais la droite aura vite fait de la privatiser. N'oublions pas le cas de GDF qui jamais, non jamais selon l'ancien monarque, ne sera privatisé!!!

      Supprimer
    7. Mathilde, je peux lire tout ce que vous voudrez, ça ne changera rien : on finira par y aller.

      Supprimer
  5. Tres bon billet. Et tres bonnes reponses aux commentaires.
    Cependant je remarque que la connotation "non scientifique" pour un bachelier C me semble etrange ???
    Je me souviens d un billet ou vous parliez euh ADN. ? ARN ? Je ne me souviens plus mais je vais regarder... enfin un truc genetique plus propose en bac D

    RépondreSupprimer
  6. Au fait je n avais pas vu l heure... je ne voulais pas me montrer chiant... desole c en lisant vos billets que je me suis mis a reflechir a plein de trucs jusqu a en oublier l heure ... et vive le bistro!!!

    RépondreSupprimer
  7. Heu moi 15... bon ben trinquons ensemble mon ami. Et bonne soiree bonne nuit tout ca

    RépondreSupprimer
  8. Ben ,personne n'a vu le documentaire "Gasland" que Arte a eu l'obligeance de nous diffuser en prime time ce mardi(avant la déclaration de Montebourg)?!
    Véritablement d'utilité publique ce docu peut se voir ici;

    http://www.dailymotion.com/video/xpkhbi_gasland_tech#.UeEBoatOIqR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais lire les polémique qu'il suscite...

      Supprimer
  9. C'est de ce billet-là dont tu parlais hier chez Homer?
    Parce que je suis d'accord je crois... Encore une fois quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais j'ai édulcoré par rapport à ma version initiale.

      Supprimer
    2. « C'est DE ce billet-là DONT tu parlais hier… » : Rosaelle, sortez immédiatement de ce cerveau !!!

      Supprimer
    3. Bon, je vais expliquer pour la centième fois (bon sang que les blogueurs ont la tête dure et la comprenette lente !) Un seul génitif suffit. Par conséquent, il faut écrire :

      – C'est DE ce billet QUE tu parlais

      ou bien :

      – C'est ce billet DONT tu parlais

      "Dont" étant la contraction de "de que" (ou "duquel"), la forme fautive employée par Élodie revient à dire : « C'est de ce billet de que tu parlais », ce qui fait un "de" en trop.

      Ma référence à Rosaelle vient d'une fois où elle avait fait la même bourde. Comme je le lui avais fait très courtoisement remarqué, elle a voulu à tout prix me démonter que c'est elle qui avait raison, que j'étais un ignorant de la langue, elle m'a enseveli sous une tonne de liens (qui ne parlaient nullement de notre sujet, ou bien disaient la même chose que moi), etc.

      Supprimer
    4. J'aurais du écrire "c'est ce billet dont tu parlais" et non pas DE et DONT dans la même phrase...
      Mais c'est le week-end merde, il pourrait faire preuve d'indulgence Didier Goux.
      Je serais curieuse de lire la version initiale...

      Supprimer
    5. Il fallait dire . : c'est ce billet dont au sujet duquel tu parlais hier.

      Supprimer
    6. Arg ! J'ai effacé u n commentaire de Doxoer qui disait :

      Le principal est que vous reconnaissiez la faute : ça prouvez qu'on a réussi à expulser Rosaelle de votre esprit et de votre corps…

      Je vais aller dire des actions de grâce, tiens !

      Supprimer
    7. C'est moi, Doxoer ? décidément, ça ne s'arrange pas, dans votre tête ! Je me demande si Rosaelle n'aurait pas sauté d'Élodie à vous…

      Supprimer
    8. Oui, Doxoer, c'est vous. Mon iPhone a décidé de vous renommer. Prenez acte.

      Supprimer
    9. Doxoer? Ça vous va comme un gant.

      Supprimer
    10. Et bien, il ne faut nullement prendre quelques jours de vacances, sinon, ça siffle derrière la tramontane.
      Ce dont je parlais est tout à fait correcte, ce n'est pas ma faute si on nous a pondu une grammaire "moderneuse", dont curieusement, certains "réacs" se réfèrent...quand ça les arrange!
      Non mais, c'est quand même très très curieux.
      lol

      Supprimer
    11. Ne fais pas de faute (correcte) quand tu expliques que tu n'en fais pas.

      Supprimer
    12. “Ce dont je parlais” est en effet parfaitement correct. Le problème est que ce n'est pas DE cette tournure QUE nous parlions…

      (C'est extrêmement curieux, ce blocage que vous faites sur ce point précis : on a l'impression que vous ne voyez même pas ce dont nous parlons.)

      Supprimer
    13. Bah! c'est de l'histoire ancienne.

      Supprimer
  10. Montebourg n'a pas dit qu'il fallait extraire le gaz avec les méthodes actuelles très polluantes il a simplement dit qu'il faudrait faire des recherches pour trouver un autre moyen non polluant sans risque écologique. Je m'étonne que personne n'ai fait la différence, pourtant elle saute au yeux.

    Une polémique stupide sans réel fondement.

    David75

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.