03 juillet 2013

Dégazage

Il l’a fait, c’est El Camino : relever les déclarations de l’UMP après les propos de Delphine Batho mais avant qu’elle ne soit virée. Nous pouvons aussi relever les propos des autres, histoire de rigoler méchamment.

Annick Lepetit : « Elle est dans son rôle, je ne vais pas lui jeter la pierre. » Faudrait plutôt lui jeter une bouée.

Jean-Vincent Placé : « L’enjeu budgétaire sera à la fois de mette en place une fiscalité écologiste, en particulier une augmentation du prix du diesel et l’instauration d’une taxe carbone, et un budget positif pour l’écologie. » Quelqu’un peut-il lui expliquer que l’enjeu de l’écologie n’est pas de mettre des taxes supplémentaires ?

Pascal Durand : « Ca fait du bien à la démocratie qu’on arrête d’être dans des logiques où tout le monde se tait, tout le monde marche au pas cadencé. » C’est cela…

Christian Jacob : « Je ne comprends pas qu’elle soit encore au gouvernement. » Ah merde ! « Quand on est ministre et que l’on conteste ouvertement la décision du gouvernement, on quitte le gouvernement ou alors le premier ministre vous invite à le quitter dans les heures qui viennent. » C’est nouveau ?

Jean-Christophe Lagarde : « J’avais cru entendre le président de la République dire que la prochaine fois qu’un ministre ferait un couac, il sortirait (...) Est-ce que Mme Batho va être démissionnée dans la journée ? Ça paraîtrait légitime. (...) On croirait en réalité entendre un responsable de l’opposition. »

Ce qu’ils ont dit après m’intéresse moins…

7 commentaires:

  1. Bon ... pour moi c'est un non évènement ... je crois qu'elle avait été choisie, pour la parité et qu'en fait,ça fait longtemps qu'on a vu qu'elle ne faisait pas le poids dans un Ministère pareil.
    Elle n'est pas à dénigrer : elle n'était pas à sa place, voilà. C'est mon opinion depuis longtemps.
    MARTIN est un dur à cuire, très expérimenté dans le domaine : il y a de gros chantiers :
    - le chantier ultra brûlant de NDDL : il faut une issue dans le respect de tous les paramètres, sans rigidités qui remettent le feu aux poudres. Je crois que d'entrée de jeu, c'est sur ce coup-là que Delphine Batho s'est montrée débordée.
    - le chantier de notre présence dans les instances sur le réchauffement climatique : ça fait très très chaud là, en ce moment. Personne n'en parle, mais l'Himalaya est en grand danger, avec une mousson terrorisante, qui fait des morts, chaque jour ... des pans entiers de montagne dégringolent sur les habitants, les trop nombreux touristes dans une zone fragilisée. La famine va se réinstaller dans les régions déjà chaudes et sèches, tandis que les zones humides se noient ... Sur nous, voir les études de l'impact climatique sur l'activité commerciale. Les extrêmes : fortes chaleurs, froid, pluies anormales font qu'il n'y a pas un chat dans les rues et les magasins qui ferment, les uns après les autres, même dans les quartiers comme le mien.
    - le chantier de la nécessaire sortie du nucléaire avec la question des emplois à court terme, de la santé des gens sur laquelle, "omerta" ou pas l'industrie nucléaire a un impact direct : les japonais en savent quelque chose, mais nous aussi !!! Quel poisson manger quand les océans sont contaminés : si les gravas du tsumani arrivent sur les côtes canadiennes, la contamination nucléaire aussi !!! Et nous au milieu ? Et le grand nord qui fond à vue d'oeil et s'effondre ?
    - la question à trancher qui taraude tout le monde : OGM contre pesticides ? N'y-a-t-il que cette alternative mortelle ? Quels financements, pour quelle recherche, quelles activités agro-alimentaires sûres ? quelle planète ?
    - Et le scandale de l'ONEMA, Etablissement public chargé pour faire court, de la mise en oeuvre de la loi sur l'eau du 30 décembre 2006, On va le passer longtemps sous silence ?
    NKM va continuer longtemps ses numéros de claquettes sans que personne de notre côté, ne lui demande de comptes sur son très long passage au Ministère de l'Ecologie ?
    Voilà ... Madame Batho a, j'en suis sûre d'immenses qualités à mettre ailleurs que là où elle était, au service de la France.

    RépondreSupprimer
  2. Jean-Vincent Placé est une bonne tête à baffe, je le mets de coté tiens!

    RépondreSupprimer
  3. À voir le remue-ménage chez les verts, j'ai cru à un moment qu'elle était passé chez EELV ^^

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.