06 juillet 2013

Ami de droite, ne donne pas à l'UMP !

Exemple de collecte : les ordures
Amis de droite, pour la collecte organisée par l'UMP, je vous propose la meilleure solution : ne donnez pas. Ils ne le méritent pas et tu nuirais à ton camp et à la France.

Ils ne le méritent pas.

Parce qu'ils ont mal géré le budget de campagne, ils sont punis. Quand votre enfant à une punition, une heure de colle, par exemple, vous n'allez pas en faire une demi-heure pour lui, si ?

En outre, les élus UMP sont ceux qui cotisent le moins pour leur parti. 26% du budget du Parti Socialiste est assuré par la contribution des élus contre 3,3% pour l'UMP.

Ils vous entubent lamentablement.

Ils ne méritent pas d'aide. Qu'ils se débrouillent.

Tu nuirais à ton camp et à la France

Regarde-moi bien dans les yeux : es-tu content des 5 années de présidence Sarkozy ? Les 600 milliards de dette en plus, le million de chômeurs, la stigmatisation des étrangers, des chômeurs, des roms, des assistés, des fainéants de fonctionnaires, des musulmans,... Tu est vraiment content ? Tu as envie que ça recommence ?

Tu vas lire les blogs de droite où on t'explique que François Hollande a divisé les français. Elle est où, cette division ? Quand tu croises un type dans la rue, tu te demandes si tu es divisé avec lui ? Il n'y a pas de division, pas plus qu'avec Sarkozy, par contre, cette homme et sa clique remontait les uns contre les autres, catégorie par catégorie, pour s'attirer les félicitations ou les votes de nationalistes, des travailleurs, des habitants gênés par les Roms, des payeurs de cotisation, des libéraux, des catholiques,...

Tu veux que ça recommence, que l'on reparte encore comme ça... ?

On voit les trolls de la gauche de la gauche qui s'amusent à dire que Manuel Valls continue les expulsions de Roms de la droite. Je vais leur répondre mais pour mes amis de droite : il le fait sans les caméras. Sans haine. Sans processus de communication à des fins électorales.

Tu ne préférerais pas une droite un peu plus propre, plus respectueuse des valeurs de la République, plus libérale, même, s'il faut parler de contenu politique ?

En aidant l'UMP, tu aiderais cette clique qui a détruit la France à revivre. Pour ton bien, l'UMP doit couler, au moins sous sa forme actuelle. Que va-t-il arriver si l'UMP n'a plus de pognon ? Rien. L'UMP va perdre des élections dont personne n'a que faire et d'autres partis vont les gagner. L'UDI sera devant l'UMP aux prochaines élections européennes s'ils ont les couilles de se présenter. On agite le FN et de potentiels bons résultats : les lascars qui sont contre l'Europe ne se déplacent pas pour voter pour elle. Regarde le résultat des dernières européennes (2009 : 6,34% ; 2004 : 9,8% ; 1999 : 5,69%). A chaque élection européenne, il y a un trublion. La dernière fois, les écolos ont fait chuter le PS, cette fois, les centristes et les libéraux vont faire chuter l'UMP. Mais pas le total des voix de droite. Les gens favorables à la construction européenne se déplacent !

Ami de droite, laisse l'UMP couler.

C'est un conseil d'ami.

29 commentaires:

  1. J'aime bien ton "regarde-moi bien dans les yeux".

    RépondreSupprimer
  2. Sans oublier que :
    les actuels chefs de l'ump sont complices de la dégradation de vie du pays.
    La mission du Conseil Constitutionnel est de vérifier la conformité des lois et ce qui en découle avec la Constitution. Il n'a pas rôle politique. De plus sur les 9 membres qui ont siégé (les membres de droit n'étaient pas convoqués) 7 ont été nommés par le président de la République (de droite), le président de l'Assemblée Nationale (de droite) et le Président du Sénat (de droite).

    L'accusation de l'acharnement ne tient pas.
    Pas de sous et on aura une vraie opposition réfléchie (peut-être)

    RépondreSupprimer
  3. excellent billet.On ne peut voter pour une gestion austére de la france et exempter le parti qui le prône de cela

    RépondreSupprimer
  4. Sur la division des français, franchement, je ne sais pas si ce gouvernement a beaucoup de leçons à donner...
    (enfin ce n'est qu'un avis personnel...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle division ? Tu vas pas nous faire le coup des réactionnaires ?

      Il n'y a pas de division. Pas plus qu'avant. Mais avant il y avait une stigmatisation de différentes catégorises. Il n'y à plus ça.

      Supprimer
    2. Je ne voudrais pas faire mon chiant, mais il me semble que de loin en loin, ce sont les zigotos de gauche qui parlent du peuple de gauche. Il y a donc bien une division et elle ne date pas de Sarkozy. Pour autant je ne lui décerne pas une médaille du mérite.

      Il y a une réalité républicaine, la division est inhérente à ce régime réputé un et indivisible. Dès la révolution, on a dressé une partie de la population contre une autre. Et avec l'avènement des partis, ça ne s'est guère arrangé, loin s'en faut.

      Sinon, qu'un parti fasse appel à ses militants pour son financement, je trouve cela autrement plus sain que le système de financement des partis via l'argent public. Combien de pays fonctionnent sur ce mode ?

      C'est la crise, il y a des économies à réaliser, il me semble qu'entre les partis et les syndicats il y aurait là de quoi faire.

      Supprimer
    3. Est-ce une division ? Pour ma part, je parle du peuple de gauche uniquement en matière électorale.

      L'UMP ne fait pas appel à ses militants mais à ses électeurs : voir les arguments utilisés. C'est lamentable.

      Supprimer
  5. C'était ma réponse à Romain.

    RépondreSupprimer
  6. Tu n'as pas assez de lecteurs qui savent lire : ils ont déjà récolté un million, visiblement. Les pauvres.

    RépondreSupprimer
  7. Les umpistes ont fait la promotion d'une loi qu'ils s'avèrent incapables de respecter. A vouloir légiférer à tours de bras, c'est fatalement ce qui doit arriver.
    Un peu comme la barre des 3% de déficit, allègrement sautée.
    Ou bien en agriculture le scélérat contrôle des structures, bafoué à longueur de temps par les syndicalistes de la FNSEA... et les autres.

    Plus il y a de lois, plus il y a de corruption.

    RépondreSupprimer
  8. N'empêche que bizarrement, je le sens plutôt mal. Parce que ça accrédite (le quidam de base étant loin d'être un spécialiste du conseil constitutionnel) l'idée que l'UMP, et à travers elle, surtout Sarkozy serait une victime définitive, et d'une chasse aux sorcières. C'est complètement con, mais j'ai l'impression que c'est juste ce qu'attendait Sarkozy pour redémarrer. Ce type fonctionne ainsi, à l'impulsion et au sanguin. A l'idée de vengeance, de "faire payer", d'être une sorte de "tueur politique", et c'est dans l'adversité qu'il carbure et se sent pousser des ailes. Sorte de syndrome Stallone dans Rocky, si tu veux, je suis à terre, je vais mordre. C'est complètement con, mais ça marche.
    Tous les lampistes du l'UMP l'ont bien senti, ils lui préparent le terrain, Copé et bientôt les autres, qui de toute façon n'auront d'autres choix (Fillon y compris) que de la fermer et de suivre. Il leur fout la trouille, c'est à ça qu'ils carburent, le mieux, en marchant à la baguette.
    Pour s'en convaincre, comme par hasard des caméra sur lui en train de faire son footing, ce matin, dans les bois. Tout est prêt, médias en première ligne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le quidam de base qui n'est pas politisé se dira : tiens ! Voila l'autre guignol qui vient pleurnicher. Le message est destiné à l'électeur traditionnel de droite. Celui qui ne votera jamais à gauche.

      Pour le reste, oui.

      Supprimer
  9. Ceci dit, je crois me souvenir que ce même conseil constitutionnel avait validé les comptes de campagne d'Edouard Balladur et de Jacques Chirac en 1995. Partant de là, comment ne pas soupçonner une institution qui semble adapter ses règles en fonction sinon des personnes, tout au moins du contexte ?

    C'est surtout ça qui, à mon avis, pose véritablement problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'en 1995, il aurait fallu annuler l'élection de Chirac. Le CC aurait donc agi contre une décision du peuple.

      Supprimer
    2. Merveilleux ! La légalité tient donc à la décision du peuple. D'un autre côté, cela n'a rien d'étonnant, il n'est pas rare de voir les électeurs se donner à des types qui ont été condamnés et frappés d'une peine d'inéligibilité, une fois celle-ci éteinte.

      Supprimer
    3. Z'y êtes pas. Je reprends l'argument officiel de Dumas, à l'époque, que je comprends : il y a une différence entre annuler une Présidentielle et ne pas rembourser les frais de campagne du perdant.

      Supprimer
    4. Certes, mais si le gagnant a triché, valider ses comptes revient a accorder une prime à la malhonnêteté. Et dans le cas de 1995 cela a débouché sur la validation des comptes d'un second tricheur.
      Comprenez qu'on puisse être on ne peut plus critique envers cette institution.

      Supprimer
    5. Je comprends. Je ne suis pas favorable à cette institution non plus ! Un clown comme Chirac n'a jamais fait plus de 20% à un premier tour ou presque. Le fait qu'il a tout dirigé pendant sept ans (12 moins les cinq ans de cohabitation) est grotesque.

      Supprimer
  10. "Pour que l'école dure, amis, donnez!"
    (Pierre Dac)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connaissais une variante (pas de Pierre Dac de mon oncle, quand j'étais môme).

      Supprimer
  11. Excellent billet plein de bon sens!

    RépondreSupprimer
  12. J'ai du bide , va falloir faire gaffe

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires est parfois activée. Les commentaires désagréables (ce qui ne veut pas dire pas d'accord avec moi) ou insultants (sauf les miens) seront supprimés.